Reconstruction mammaire après mastectomie, le cas d’Isabel

Reconstruction mammaire après mastectomie, le cas d’Isabel

Il y a des histoires qui se terminent bien. L’histoire d’Isabel et de son processus de reconstruction mammaire après une mastectomie en fait partie.

Isabel a dû subir une mastectomie pour un cancer du sein. Depuis lors, son seul objectif a toujours été de subir une reconstruction mammaire qui lui rendrait ses deux seins. En outre, Isabel a été l’une des premières à prendre rendez-vous pour le tatouage du mamelon et de l’aréole après une reconstruction mammaire que nous allons effectuer en février et mars.

reconstruction mammaire

Comment s’est déroulé le processus de reconstruction mammaire d’Isabel ?

Il existe différentes techniques de reconstruction mammaire qui peuvent être pratiquées après une mastectomie. Sur le site de l’Association espagnole contre le cancer (AECC), vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur ce sujet.

Isabel a subi une mastectomie, pratiquée par des chirurgiens généralistes, pour un cancer du sein. Lors de cette opération, le sein atteint a été retiré et les ganglions lymphatiques de l’aisselle ont été analysés. Il a reçu plusieurs séances de radiothérapie pour compléter le traitement, ce qui a réduit l’incidence de la récurrence de la tumeur, mais a causé d’importants dommages aux tissus. Il s’agit notamment de la peau de mastectomie. Elle s’est ensuite confiée au Dr Villaverde pour entamer le processus reconstruction mammairede reconstruction mammaire.

La peau de la poitrine et de la zone de mastectomie étant très abîmée, il a été nécessaire d’apporter des tissus sains d’ailleurs pour reconstruire le sein : lambeau de lattissimus dorsi avec îlot cutané et inclusion d’un expandeur. L’expanseur est ensuite rempli en consultation semaine après semaine jusqu’à ce qu’un volume adéquat et une expansion suffisante de la peau soient obtenus. Lors de la dernière opération, l’expandeur a été remplacé par une prothèse mammaire définitive. Les seins étaient complètement symétriques grâce à une pexie prothétique de l’autre sein.

Le cas d’Isabel est aujourd’hui l’une des réussites de l’équipe du Dr Villaverde. Nous sommes très heureux de vous avoir aidée dans ce processus de reconstruction mammaire. Nous l’avons interrogé pour savoir comment s’est déroulé son voyage et voici ce qu’il nous a dit.

Qui était Elizabeth avant la reconstruction mammaire ?

J’étais une fille tout à fait normale, la personne typique qui pensait que cela ne lui arriverait jamais.

Comment ce processus a-t-il changé votre vie ?

Le processus de reconstruction mammaire en a valu la peine. Je n’ai jamais eu de doutes, c’était clair pour moi dès le début. De plus, elle était « très agaçante » avec les médecins parce qu’elle demandait toujours quand on allait m’opérer.

Aujourd’hui, je suis une Isabel complètement différente, je suis très reconnaissante à la vie. Je suis une nouvelle personne qui accorde désormais plus d’importance aux choses importantes. D’une certaine manière, je remercie Dieu car ce processus m’a beaucoup appris, notamment à réaliser le guerrier qui est en moi. Quand je me regarde dans le miroir, j’ai l’impression d’être un mannequin et c’est grâce au Dr Villaverde.

Comment était-ce de vous voir pour la première fois après la mastectomie ?

C’était très difficile, mais je voulais me voir le deuxième jour. J’avais besoin de me regarder et de voir mon nouveau corps. J’ai toujours été une femme qui aime porter de beaux décolletés, vous pouvez donc imaginer le choc que j’ai ressenti. Pourtant, j’ai toujours pensé que tout cela serait temporaire. J’ai commencé à regarder des photos d’opérations d’augmentation et de reconstruction mammaire. J’imaginais le résultat d’une reconstruction mammaire sur mon corps et j’ai enfin pu le voir, grâce au Dr Villaverde.

Avez-vous eu peur de subir une reconstruction mammaire ?

Oui. J’ai eu un peu peur au début car je savais que le résultat final ne serait pas inversé. Je savais que ce serait le « nouveau moi » pour toujours. Mais lorsque j’ai rencontré le Dr Eloísa Villaverde, mes craintes ont disparu dès la première consultation dans sa clinique. Lorsqu’elle m’a expliqué l’ensemble du processus et que j’ai commencé à voir le résultat à chaque expansion, j’ai pensé : le Dr Villaverde est un ange dans ma vie.

Connaissez-vous les travaux du Dr Villaverde en matière de chirurgie plastique, esthétique et reconstructive ?

Je ne connaissais pas du tout le Dr Villaverde. J’ai quitté les Asturies il y a deux ans et je ne savais donc rien de leur travail.

Je l’ai rencontrée à l’hôpital de Castellón. Auparavant, j’avais été examinée par un autre chirurgien, mais on m’a changé de médecin pour des raisons bureaucratiques, et c’est finalement le Dr Villaverde qui s’est occupé de mon cas. Il était comme un ange dans ma vie. Le destin.

Vous allez vous faire tatouer un complexe mamelon-aréole en 3D en février à la clinique du Dr Villaverde, quelles sont vos attentes ?

Oui, c’est le cas. Par l’intermédiaire du Dr. Villaverde, j’ai découvert le travail d’Elena Alonso Gaztelumendi, une tatoueuse spécialisée dans l’hyperréalisme, et j’ai vu des photos qui m’ont aidée à choisir cette touche finale au processus de reconstruction mammaire. Je ne voulais pas repasser sous le bistouri et j’ai donc pris rendez-vous en février. J’attends avec impatience le jour où je pourrai le faire. Le sein change beaucoup avec un mamelon. Je suis sûre qu’il sera magnifique, car j’ai une grande confiance dans le Dr Villaverde et son équipe.

Quel message donneriez-vous aux femmes qui n’ont pas encore eu recours à la reconstruction mammaire ?

Je leur dirais de se battre, de visualiser à tout moment la fin de ce processus. Qu’il y a de la lumière au bout du tunnel, que ce n’est qu’une situation passagère et que le soleil réapparaît ensuite.

Nous sommes des princesses roses, des guerrières de la lumière et nous pouvons faire tout cela et plus encore. C’est « un peu pénible » de passer par le processus de traitement, mais il faut garder à l’esprit que tout est temporaire et qu’il y a un début et une fin.

Quel message adressez-vous aux hommes et aux autres membres de la famille ou proches collaborateurs de ces femmes ?

Je leur dirais qu’ils sont très importants ! Mais ils doivent laisser de l’espace aux guerriers, leur permettre de donner le tempo. Je veux dire qu’il faut les laisser pleurer quand ils en ont besoin, parler quand ils en ont envie et leur donner de l’espace pour la solitude s’ils le demandent. Il s’agit d’un processus au cours duquel nous devons renaître à nous-mêmes. S’ils ont besoin d’aide, ils la demanderont et ils devraient être là. Tout simplement.

Nous vous laissons un espace pour dire ce que vous avez envie de dire.

Je tiens à dire à quel point je suis immensément reconnaissante au Dr Villaverde. Aujourd’hui, grâce à elle, je regarde en arrière et je me dis que ce n’était pas si mal. Ce prix valait la peine d’être décerné ! J’emporte avec moi ma force, mes priorités, qui sont désormais différentes, et bien sûr le fait d’avoir eu le grand honneur de passer entre les mains du Dr Villaverde.

Je ne peux que vous dire MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI